A common response to what I write on this blog is, “Well, you’re not a doctor,” or “You’re not a _____.” So, like Woody Allen pulling out Marshall McLuhan from a queue outside a cinema, I have referred often to the medical experts at the university hospital Méditerranée Infections in Marseille, France. “I just happen to have Professor Didier Raoult right here.” The staff at Méditerranée Infections are enough to make one think there is still hope for France and the world. In spite of its history of imperialism, France is still the country of Voltaire, the revolution, the commune, Zola and the restoration of Dreyfus, the resistance against Nazi occupation, and the Yellow Vests. Since the outbreak of the coronavirus pandemic, this publicly funded leading infectious disease institute has dissented against the prevailing narrative of how to manage the crisis and treat the disease, and the media response was unique among Western nations. Mainstream platforms in most Western countries censored or ridiculed dissenting voices, but in France there were many robust debates that created a large, sympathetic following for the work done at IHU Méditerranée Infections. There were massive smear campaigns (Professor Raoult recently won a defamation case), but at least the discourse was out in the mainstream. The leading voice was Didier Raoult, but there have been others. One of them is Professor Philippe Parola who recently spoke about the record of successful Covid treatment in several African countries. The English translation is below, followed by the French transcript.

IHU Méditerranée Infections   2021/05/05

Interview with Professor Philippe Parola

Q: Professor Philippe Parola, you are a department head at IHU Méditerranée Infections [University Hospital Institute in Marseille]. Your job is to take care of patients, and you also run an international research unit, Vitrome. This unit has a team in Africa, several teams in Africa, one in Algeria, one in Senegal. Can you put into perspective, with this experience, the Covid crisis at an international level?

I am only going to talk about what I know, either directly through my teams or through our partners, and I will tell you mainly about Africa. What we felt at the beginning of the epidemic was that the WHO and other international agencies were predicting a disaster in Africa. From the first months we could see figures as high as 300,000 deaths expected in Africa. It did not happen at all. Now it is a year later. I think it must be around 120 thousand deaths in Africa. That is to say, a little more than in France finally, and so it is interesting to put this in perspective. You see a lot especially in the media comparing France to Europe and the United States. I want to give some elements of comparison of our country with Africa.

So the indicators we have are of course the number of cases. You see a lot of that in the media. What interests us a little more in terms of care is rates of hospitalizations and resuscitation, but what is also important is to see the real impact of the epidemic on the population and on mortality, the number of deaths reported for the population. Of course, Africa is not a homogeneous continent, but you can look at a few countries. When I got interested in this data with my African colleagues, I was struck by seeing at the end of 2020, the number of deaths—the difference between the number of deaths per capita in Europe and Africa. If we look at Belgium at the end of 2020, we were at 155 per hundred thousand inhabitants, the United Kingdom, 96, France was at 86. Far, far behind we found Morocco:  20 dead per hundred thousand inhabitants. Algeria was at 6.  Senegal at 2. Mali, Niger and the two Congos [Democratic Republic of Congo and Republic of Congo] were also less than one death per hundred thousand inhabitants. And six months later, today, we look at these figures again and in Belgium there are 200 dead per hundred thousand inhabitants, the United Kingdom, 190, France, 156, Sweden, of which much has been said, is behind us with 136, and then Morocco, 25, Congo, 14, Mauritania, 10, Algeria, 7, Senegal, 6, not to mention Mali and Niger which are less than 3. So you see that in these southern countries we have a low mortality which is very, very much less than what we experienced in France, what was experienced in Europe, and also in the United States.

Q: How can these differences between the countries of Europe and the countries of Africa be explained?

So there too with my African friends we had been struck by two articles that had come out in the biggest journals, Science and Microbiology Reviews, and there were various hypotheses. What is interesting is that among the authors of these articles in these major journals there were few or no Africans. The hypotheses were about genetics, and immunological differences. There were hypotheses about blood groups. In fact, there was little talk about variants, which could have been a good basis for hypotheses. And then something that struck us was that neither of these two articles talked about treatment, early management, testing as soon as possible. Many African countries put these into practice as soon as they got the technology, and especially no one mentioned the fact, particularly in French-speaking African countries, that early treatment with azithromycin and hydroxychloroquine (Plaquenil) had been introduced very early, either by national recommendations, or because doctors who cared for patients were left free to choose.

Q: How do you explain that the health authorities in these countries have chosen to use Plaquenil, chloroquine and azithromycin?

There are several factors. I already think that these countries, our friends in Africa, whether it is North Africa, or sub-Saharan Africa, especially the French-speaking countries that we know well, are more accustomed than we are to managing crises, in particular managing health crises. I worked for a long time in Africa where I had to deal with measles epidemics and meningitis epidemics that had a significant impact on the population. They manage health crises in a pragmatic way. I think they may know how to do it better than others. On the other hand, they did as we did at IHU Méditerranée Infections. That is, they followed the literature. They followed our communications when we talked about azithromycin and Plaquenil. We saw that it was two drugs that kill the virus in the laboratory, that the two used together kill it even faster, that in the first studies, when the patient was taking these drugs, there was a lower viral load, that these drugs were also immunomodulators, which was important in the second phase of infection in the so-called cytokine storm, and that Plaquenil could have in some circumstances a protective effect. But above all they were drugs that were cheap. As to the toxicity of chloroquine derivatives that you have already talked about… this “toxicity” has made our African friends laugh. They know billions of doses have been distributed at home as part of antimalarial treatment. So here I think there is a mixture of pragmatism, a mixture of “look, here we have drugs that at least seem to have an effect.” And you know well we showed this in very good observational studies when I came back here to Marseille. Our patients who had taken this therapy were less often intubated. They were dying less—especially when we gave this treatment early enough. Once we did that, we did a second thing. Instead of going into comparative studies, in what are called randomized clinical studies with drugs that were not known to be effective, and which are now known to be ineffective, we preferred to study and use these drugs pragmatically. And I would also like to remind you that there was a great debate about the two types of studies. You will see it is quite interesting to check Wikipedia in English for “randomized clinical trials.” You will see there that it is written that it is equally good to draw conclusions from observational studies and comparative studies, provided that they are sufficiently well done.

Q: Can we compare non-pharmaceutical measures? That is, measures, for example, such as confinement and curfews? Can we compare these measures taken in Europe with those taken in Africa?

As I told you, Africa is not homogeneous. There have been variations—from no confinement at all to social measures otherwise adapted to people’s way of life. We have already discussed this, as you know from various speakers who have come here. We now know that social measures, containment, do not change the natural progression of the virus. They do not change mortality. I was talking to you earlier about Sweden which, by the way, remember, dealt very badly with elderly patients, but then they still ended up at a mortality per number of inhabitants much lower than France. To return to Africa, I give you an example given by my friend Cheikh Sokhna who leads the team of my research unit in Senegal. He and others took care of monitoring what was happening during the Magal de Touba, a great pilgrimage of several million people in Senegal, taking correct measures. There were no cases, no deaths during this great gathering.

Q: How can we finally explain why there are relatively positive outcomes reported by the authorities in all these African countries?

One criticism by our colleagues is that the African population is younger, and it is true that the African populations are younger. The average age in Africa is 20 years old. In Europe it must be around 40 years old. The USA also is 38 or 40 years old. So we know of course that the people who must be protected are seniors, as a priority. Then we also know that another priority is the most fragile people. OK, that is a valid criticism. But let’s look at South Africa, which banned the use of hydroxychloroquine, or at least did not recommend it. In South Africa, the average age is 27. The number of deaths per hundred thousand inhabitants in South Africa is 92 per hundred thousand. I remind you of the figures for other countries: France, 156, Morocco, 25, Senegal and Algeria, 6 or 7. So you see that it is not because the population is younger that there have been fewer deaths reported per capita during this epidemic. We are certain that early management and treatment with azithromycin and hydroxychloroquine was one of the factors. There may be other factors that explain the reasons in some countries where hydroxychloroquine was used, including rates of obesity. We will have to study that and look at the mixed results, but in any case, it is very clear. What shocks us is the neglect in the scientific literature and in the media: why haven’t they spoken about this? We have not only good results from Africa but also possible reasons for them—the use of these treatments. Furthermore, in the scientific press my African colleagues have trouble getting their observational studies, data and comparative studies published in scientific journals. There is an article from Ghana that was published which drew some interest, but usually my African friends complain to the editorial committees about the trouble they have getting their articles reviewed. And that is just the first step toward getting published—just getting to critical review.

So there is a real barrier, and we talked about that in some of the presentations we have given here. We followed the literature on efficiency of hydroxychloroquine associated or not with azithromycin. Most studies are in favor. You know the site Covid 19 Studies which is updated regularly. You can see that in most of the studies that are unfavorable, the authors have conflicts of interests with the pharmaceutical industry, or with drugs that had been introduced at some point as potentially effective and which we now know are not only ineffective, or even toxic, but may even have played a role in speeding up the emergence of variants. My conclusion is this: our data are not filtered. These people are my teammates, my employees, people whom I have trained, people who have important laboratories. Among them are Professor Muyembe Tamfum, one of the co-discoverers of the Ebola virus, Professeur Mboup in Senegal, a co-discoverer of HIV-2, my friend Professor Thera, Professor Djimde in Mali, then my friends from Niger. I will not mention them all, but you will see them listed at the end of this interview. They have important technical capacities. They sequenced the variants—maybe not before us but at the same time as we did—and their rate of sequencing of variants was very important from the beginning of the epidemic.

So based on the way many African countries took charge of the situation and gave early treatment with what they had at hand (the counterexample being South Africa), coupled with the technological capabilities that have been developed in Africa, I think it is really time to stop lecturing or talking down to our African colleagues. They did better, and in terms of technological competence, they did just as well as anyone.

From the Video: Prominent doctors working on Covid-19 in Africa

FRANCAIS

IHU Méditerranée Infections   2021/05/05

Interview : Professeur Philippe Parola

FRANCAIS

IHU Méditerranée Infections   2021/05/05

Interview : Professeur Philippe Parola

Q : Professeur Philippe Parola, vous êtes chef de service à l’IHU Méditerranée Infections. Votre métier c’est de prendre en charge des patients et les soigner, et vous dirigez également une unité de recherche d’envergure internationale, Vitrome. Cette unité a notamment une équipe en Afrique, plusieurs équipes en Afrique, une en Algérie, une au Sénégal. Est-ce que vous pouvez mettre en perspective, avec cette expérience, la crise du Covid à un niveau international ?

Alors, je ne vais parler essentiellement que de ce que je connais, soit directement à travers mes équipes, soit à travers nos partenaires. Et je vous parlerai essentiellement de l’Afrique. Ce que nous avons remarqué au début de l’épidémie c’est que l’OMS et des organismes d’autres agences internationales prévoyaient une catastrophe en Afrique. Dès les premiers mois, on voyait passer des chiffres comme 300,000 morts prévus en Afrique. Ça ne s’est pas passé du tout. Un an plus tard, je pense que c’est autour de 120 mille morts en Afrique. C’est à dire un petit peu plus qu’en France finalement, et donc il est intéressant de mettre ça en perspective. Et notamment vous voyez beaucoup dans les médias des comparaisons de la France à l’Europe et aux États-Unis. Je veux donner quelques éléments de comparaison de notre pays par rapport à l’Afrique. Alors parmi les indicateurs que nous avons c’est bien sûr le nombre de cas. Vous voyez beaucoup ça dans les médias. Ce qui nous intéresse un peu plus en termes de soin est les hospitalisations et la réanimation, mais ce qui est important également est de voir l’impact réel de l’épidémie dans la population et la mortalité, le nombre de morts rapporté à la population. Mais bien sur, l’Afrique n’est pas un continent homogène. Mais on peut regarder quelques pays et quand je m’étais intéressé à ces données avec mes collègues africains, j’ai eu été frappé de voir, à la fin de 2020, le nombre de morts—la différence entre le nombre de morts par habitants en Europe et en Afrique. Si on prenait la Belgique fin 2020, on était à 155 pour cent mille habitants, le Royaume-Uni, 96, la France était à 86. Loin derrière, très loin derrière, on retrouvait le Maroc : 20 morts pour cent mille habitants. L’Algérie en était à 6. Le Sénégal à 2. Le Mali, le Niger et les deux Congos étaient ailleurs inférieures à un mort pour cent mille habitants. Et six mois plus tard aujourd’hui, on regarde ces chiffres à nouveau et bien là la Belgique est à 200 morts pour cent mille habitants, le Royaume-Uni, 190, la France, 156, la Suède, dont on a beaucoup parlé, est derrière nous avec 136, et puis le Maroc, 25, le Congo, 14, la Mauritanie, 10, l’Algérie, 7, le Sénégal, 6, sans parler du Mali et du Niger qui sont inférieurs à 3. Donc vous voyez que dans ces pays du sud on a une mortalité ramenée au nombre d’habitants qui est très, très nettement inférieure à ce que nous avons vécu en France, à ce qui a été vécu en Europe, mais aussi aux États-Unis.

Q : Comment expliquer ces différences entre les pays d’Europe et les pays d’Afrique ?

Alors là aussi avec mes amis africains nous avions été frappés par deux revues qui était sortis dans les plus grands journaux de sciences, le journal Science et Microbiology Reviews, et il y avait des hypothèses. Ce qui est intéressant c’est que parmi les auteurs de ces articles dans ces grands journaux il y avait peu ou pas d’africains. Les hypothèses était génétiques et immunologiques. Il y avait des hypothèses des groupes sanguins. Ils parlaient d’ailleurs assez peu des variantes qui pouvaient être une hypothèse. Et puis quelque chose qui nous a frappés c’est qu’aucun de ces deux articles ne parlait du traitement, de la prise en charge précoce, de tests précoces dès que possible, et beaucoup de pays africains l’ont mis en pratique dès qu’ils ont eu la technologie, et surtout personne ne parlait du fait, notamment dans les pays d’Afrique francophone, qu’un traitement précoce par azithromycine et hydroxychloroquine (le Plaquenil) avait été introduit très tôt, soit dans les recommandations nationales, soit laissé libre aux médecins qui prenait en charge les patients.

Q : Comment expliquez-vous que les autorités sanitaires de ces pays ont fait le choix d’utiliser le Plaquenil, chloroquine et l’azithromycine ?

Alors il y a plusieurs choses. Je pense déjà que ces pays-là, nos amis d’Afrique, que ce soit l’Afrique du Nord, que ce soit l’Afrique subsaharienne, notamment les pays francophones que nous connaissons bien, ont plus l’habitude que nous de gérer des crises, gérer les crises sanitaires notamment. J’ai longtemps travaillé en Afrique où j’ai eu à gérer des épidémies de rougeole, des épidémies de méningite qui avaient un impact important dans la population. Donc gérer des crises sanitaires de façon pragmatique. Je pense qu’ils savent faire peut-être mieux que d’autres. D’autre part ils ont fait comme nous à IHU Méditerranée Infection. C’est à dire qu’ils ont suivi la littérature. Ils ont suivi nos communications quand on parlait d’azithromycine et de Plaquenil. Ils ont vu que c’était deux molécules qui tuaient le virus au laboratoire, que les deux utilisées ensemble le tuaient encore plus vite, que dans les premières études, quand vous preniez ces médicaments, vous portiez moins longtemps le virus, que c’était également des immunomodulateurs, ce qui était important dans la deuxième phase de l’infection dans ce qu’on appelle la tempête immunologique, et que le Plaquenil pouvait avoir dans certaines circonstances un effet protecteur, mais surtout c’était des médicaments qui n’étaient pas chers et, quant à la toxicité des dérivés de la chloroquine dont vous avez déjà parlé…, cette « toxicité » a fait rire nos amis africains pour lesquels des milliards de doses ont été distribuées chez eux dans le cadre du traitement antipaludique. Donc voilà je pense qu’il y a un mélange de pragmatisme, un mélange de « voilà, on a des molécules qui ont l’air au moins d’avoir un effet ». Et vous savez bien qu’on vous en a parlé… que depuis nous avons montré sur de grandes études observationnelles quand je reviens ici à Marseille. Et bien nos patients qui avaient pris cette thérapie parvenaient moins en réanimation, mouraient moins—d’autant plus quand on donnait ce traitement assez tôt. Donc ils ont fait ça. Ils ont fait une deuxième chose. C’est à dire que plutôt de rentrer dans des études comparatives, dans ce qu’on appelle des études cliniques randomisées avec des médicaments dont on ne connait pas d’efficacité et dont on sait maintenant d’ailleurs qu’ils n’étaient pas efficaces, ils ont préféré étudier et utiliser de façon pragmatique ces médicaments. Et je vous renvoie d’ailleurs que c’était un grand débat sur pourquoi pas d’études et pourquoi pas traiter. Vous verrez c’est assez intéressant de prendre Wikipédia en anglais « randomized clinical trials » et vous verrez que c’est aussi bon, ça marche aussi bien, de tirer des conclusions à partir d’études observationnelles, à condition qu’elles soient de bon niveau, que des études comparatives.

Q : Est-ce qu’on peut comparer les mesures non-pharmaceutiques ? C’est à dire les mesures, par exemple, de confinement et de couvre-feu. Est ce qu’on peut comparer ces mesures prises en Europe à celles qui ont été prises en Afrique ?

Alors, comme je vous ai dit, l’Afrique n’est pas homogène. Il y a eu des variations—pas de confinement du tout à des mesures sociales d’ailleurs adapté au mode de vie des gens. Nous avons déjà dit, et puis vous l’avez vu avec différents conférenciers qui sont intervenus chez nous. On sait maintenant que les mesures sociales, le confinement, ne changent rien à l’histoire naturelle du virus, ne change rien à la mortalité. Je vous parlais tout à l’heure de la Suède qui d’ailleurs, rappelez-vous, n’a pas soigné, très peu soignée de façon intense, les patients âgés, puis ils se sont retrouvés à une mortalité pour nombre d’habitants beaucoup moins plus faible que la France. Pour revenir à l’Afrique, je vous donne un exemple avec mon ami Cheikh Sokhna qui dirige l’équipe de mon unité de recherche au Sénégal. Il s’est occupé avec d’autres de surveiller ce qui se passait pendant le Magal de Touba, un grand pèlerinage de plusieurs millions de personnes au Sénégal, en prenant des mesures correctes. Et bien il n’y a eu aucun cas, aucun décès pendant ce grand rassemblement.

Q : Comment expliquer finalement comment il y a des résultats très positifs tenus par les autorités dans tous ces pays d’Afrique ?

Alors la critique qu’on nous fait, que fait nos collègues, c’est de dire « mais oui la population africaine et plus jeune. » C’est vrai que les populations africaines sont plus jeunes. La moyenne d’âge en Afrique c’est 20 ans. En Europe on doit être autour de 40 ans. Aux Etats-Unis également c’est 38 ou 40 ans. Donc nous savons bien sûr que les victimes qu’il faut protéger en priorité sont les personnes âgées. Puis vous savez aussi qu’il y a des personnes les plus fragiles. Donc OK, ça c’est la critique qu’on peut faire, mais quand on regarde l’Afrique du Sud, c’est l’Afrique du Sud qui a interdit l’utilisation, ou en tout cas pas recommander l’utilisation de l’hydroxychloroquine. En Afrique du Sud la moyenne d’âge c’est 27 ans. Le nombre de morts pour cent mille habitants en Afrique du Sud aujourd’hui c’est 92 pour cent mille. Je vous rappelle les chiffres de tout à l’heure en France : 156, au Maroc, 25, au Sénégal et en Algérie 6 ou 7. Donc vous voyez ça n’est pas que parce que la population est plus jeune qu’il y a eu moins de morts rapportées par habitant lors de cette épidémie. Nous nous sommes persuadés que le prise en charge précoce et que le traitement par azithromycine et hydroxychloroquine n’a été qu’un des facteurs. Il y a peut-être d’autres facteurs qui peuvent expliquer dans certains pays où l’hydroxychloroquine a été utilisée, notamment l’obésité. Il faudra étudier ça, donne des résultats mitigés, mais en tout cas c’est très clair. Et c’est ce qui nous choquait dans la littérature scientifique et dans les médias : pourquoi on n’en a pas parlé ? Non seulement des bons résultats en Afrique mais également des raisons possibles. C’est à dire l’utilisation de ces traitements, sans parler de la presse scientifique où mes collègues africains qui essayent de publier leur revues, leurs études observationnelles, leur données parfois comparatives. Il y a un article au Ghana qui montre l’intérêt, qui a été publié, mais bien le plus souvent mes amis africains se heurtent aux comités éditoriaux des journaux qui refusent même d’envoyer ses articles en review. C’est à dire la première étape pour ensuite publier après avoir été critiqués. Donc il y a un vrai blocage, et vous savez bien ça a été présentée également dans certaines de nos communications. Nous avons regardé, puisque nous suivons la littérature sur l’efficacité de l’hydroxychloroquine associée ou non à l’azithromycine, la plupart des études y sont favorables. Vous vous souvenez de ce site Covid 19 Studies qui peut être consultée, qui est mis à jour régulièrement. On s’aperçoit que dans la plupart des études qui sont défavorables, on y trouve souvent des conflits d’intérêts de certains auteurs avec l’industrie pharmaceutique, ou avec des médicaments qui avaient été présenté à un moment donné comme potentiellement efficace et dont on sait maintenant que non seulement ils sont inefficaces, voire toxiques, ils peuvent avoir pour certains, jouer un rôle dans l’histoire des variants. Ma conclusion de tout ça, puisque je continue à travailler… ce que je vous dis : ce ne sont pas des données filtrées. Ce sont mes équipes, mes collaborateurs, des gens des gens que j’ai formé… des gens qui ont des plateaux techniques importants, que ce soit le Professeur Muyembe-Tamfum qui est un codécouvreur du virus Ebola, que ce soit le Professeur Mboup au Sénégal qui était codécouvreur du virus VIH-2, que ce soit mes amis d’université le Professeur Thera, le Professeur Djimde au Mali, puis mes amis du Niger. Je ne cite pas tous mais vous les verrez à la fin de cette communication. Il dispose d’un plateau technique important. Ils ont séquencé les variants peut-être pas avant nous mais en même temps que nous, et leur taux de séquençage des variants était très important dès le début de l’épidémie. Donc entre le succès de la prise en charge dans beaucoup de pays d’Afrique, en tout cas ceux qui ont pris en charge précoce, et pour moi, qui ont traité de façon précoce avec ce qu’ils avaient sous la main (le contre-exemple étant l’Afrique du Sud) associé au fait qu’il y a de belles plateformes technologiques qui se développent en Afrique, je pense qu’il faut réellement arrêter de donner des leçons à nos collègues africains. Ils ont fait mieux, et font aussi bien actuellement sur le plan technologique.

Merci beaucoup.

Merci.