Part 1 Professor Didier Raoult, IHU Méditerranée, Marseille, 2021/08/03

Part 2 Efficacy of Vaccines and Confinement, Professor Philippe Parola, IHU Méditerranée, 2021/08/11

Part 1

“There is no thaumaturge!”

Professor Didier Raoult, IHU Méditerranée, Marseille, 2021/08/03

Professor Didier Raoult, where are we with the Indian variant? Do we understand how serious it is? Do we know how it is evolving?

We are starting to have some good data. You know that I like to concern myself with the real and reliable data that we have collected here, and you know that we are the only ones to have collected data in detail while knowing very precisely what we are doing. In other words, the positives are real positives, and the negatives are real negatives because elsewhere things are still quite unclear. What we see on this graph is that presently it [the delta wave] is huge. The objective that we have here is to retrospectively identify the variants of the very, very large majority of people that we have. At present we have [identified] at least 20% of the variants from every month. We got to know very well the evolution of the variants, and we hope to achieve 90% in order to understand very, very precisely what is happening. We already have more than 20,000 variants, and we see that the Indian is in third place after the UK variant and after the Marseille-4 variant that the others still do not recognize as being a variant because science is tempered by a lot of politics. No one realized it at the time. No one wants to acknowledge that it was the variant with the highest mortality.

On the other hand, we now have very precise figures on everything that can be said to have general notions about the severity, the proportion of vaccinated, and we have an element of comparison between the so-called delta variant, which is the Indian variant, and then the alpha variant, which is the English variant. And so we’ve been looking at this since Christmas since of course there was no English variant before Christmas, or very little, since the beginning of May for the Indian variant, which we see. We compared nearly 9,000 cases of English variant with 1,100 cases of Indian variant. First, the proportion of vaccinated people infected with Indian is greater than in vaccinated people who had an infection with the English variant since it is currently 13% in people who have had the Indian variant. It is 3.6% among people who had the English variant.

So what’s very interesting is to look at the relative gravity. It was difficult to say because of course there is a variation that is related to age. We currently have a surge that is a little more significant with many young people infected with the Indian variant. Besides, when we question them, we find out that many, many nightclubs are involved. So you have to pay attention to nightclubs because there they use a salivary test, but these salivary tests… do not imagine that because a salivary test is negative you are not infected at all. They have a poor sensitivity, probably in the order of 70%, so it is not enough to guarantee that you will not meet people who are not positive.

And so we see a lot of people coming in and saying, “I didn’t know. I thought it was impossible.”  There are nightclubs in Barcelona, so it’s important to think about that because people from here (Marseille) go to nightclubs in Barcelona. Of course, here too there are quite a few nightclubs. People go out and have fun as they always have, but the age group of 20–29-year-olds is the one that is the most significant now, more so than was the case with the English variant because this age group makes up 31% of positive cases. And of course these people have relatively few, not zero, but they have relatively few severe symptoms, and lower rates of hospitalization and need for resuscitation. We also have people who are older and who are over 60 years old and there, clearly, we can say that the English variant was much more severe, much more severe than the Indian variant.

So there is a big difference with the Indian variant, but there are some relatively serious cases. There are 2% of people [tested positive] that have been hospitalized with the Indian variant against 8.8, almost 9% with the English variant, which is a really big difference.

In resuscitation we have 1% versus 3%, and in deaths we have 0% versus 1.7%. In all cases, the English variant was more severe—in all age groups—than the Indian variant currently circulating. So, is vaccination protective? At the moment, we have one patient who is not vaccinated. The people who came here—I’m not talking about the samples that we receive from outside from the seniors’ residences etc. in which there have been some deaths that have been reported—but in the people who have been detected here, there is in all one vaccinated patient who has been hospitalized. There seems to be a difference in level of hospitalization between the vaccinated and the unvaccinated, but with this low number we can’t say this finding is conclusive. For now, there may be a difference. To say the difference is real, there will have to be more cases because this variant is relatively harmless. Therefore, to show that there is a difference between the vaccinated and unvaccinated who have caught this variant, it will take a little more time. We will have to have 2,000 or 4,000 people infected to see if there is a difference. And if there is a difference, it will be minor in any case because the infection is not very serious.

So that is the situation, based again on the figures. I’m not reading tea leaves. I am talking about what the data says.

If the forms caused by this variant are less severe, is it still necessary treat patients who are affected by this new variant, or will they be alright on their own?

Currently, I do not know. We think about this because we have a considerable flow here of nearly 1,000 people a day and 200 test positive. It becomes difficult to give proper consultations to all of them. We asked ourselves whether we should continue to treat the youngest who often recover on their own quickly once we simply check that they do not have a breathing trouble. On the one hand, there are some in this age bracket (20-29) who are in resuscitation. We cannot say that nothing serious ever happens to them. On the other hand, we have a real concern about sequelae after Covid, what people call long Covid or post-Covid, with two major elements: On the one hand, there are people who have inflammation of the aorta and the large thoracic vessels, and then people who have impairments of certain brain areas, which malfunction and are associated with memory disorders and poor concentration. This affects a lot of young people, and therefore we cannot say that young people who have had minor infections, including with problems of loss of smell, will not have lasting consequences. That is not true. This is currently being studied.

We analyzed a little more than 100 people with a PET scanner. Some had complete medical care with hydroxychloroquine, and some didn’t. We looked at who had post-Covid symptoms. It’s very preliminary data, but it showed a clear difference. The people who had the PET scans first caught our attention since most of the patients we scanned were the patients that we had taken care of from the beginning. There were also some who were patients taken care of in other services that did not have the [hydroxychloroquine] protocol, and we immediately noticed that there was a marked difference between those who had not been treated at the time of the Covid episode, and those who had been treated. So this finding prevents me, morally, from not treating people, given what we are currently seeing about what treatment can do. We don’t know the proportion of patients affected, since we have only scanned one hundred—even though that’s probably more than anyone else. One can’t produce reliable statistics with that number, and of course, given the current situation this summer, things get a little more complicated. They will become clearer later, but for now, we continue to think that we must treat people because some will worsen, developing pulmonary embolisms or having respiratory insufficiencies. Even if this variant is much less virulent, whether this variant will produce the same proportion of people with long Covid, I do not know. No one knows. In the meantime, we try to do our best because we do not know.

What about the controversies that have erupted in recent months?

I know that there are some, especially among my peers who have not had the same career experience as I, who think that I am arrogant, or that I exaggerate, so I decided to put my resume online. There is no doctor in this country who has a curriculum vitae comparable to mine. No one. There is no one at such a level, I’m sorry to say. Just look at it. No one else was university president at such a young age. No one in this country published as much and was cited as much. So let’s not misunderstand. Everyone has the right to have their opinion, but the credibility I have gained in forty years of work is justified. I assure you, look at what I have done, the number of diplomas I have, the number of things I have done, the number of responsibilities I have had here, but also in Paris and Lyon, and elsewhere in the world. Do that before spreading nonsense that I’m a charlatan. There is no reason to disregard what I say.

I also want to advise people to read in depth about what is going on. I believe it is essential. I believe that conflicts of interest and relations with industry have reached a level of toxicity which will have to be resolved. I very much hope that it will be one of the elements of the next presidential campaign. We cannot let people who handle billions of dollars have total freedom in their relations with people who decide on health policy. Corruption has always existed. It is as old as the world. But when corruption is directly related to medical decisions, then it becomes a problem that the nation must face. We must stop this level of corruption, which everyone knows about. Everyone closes their eyes by saying “No, no, we can’t go after that.”  No one wants to make the connection between the degree of deception there is Western countries in the manipulation of research.

It makes me laugh to see people telling me exactly what kills and what does not kill, what heals and what does not heal—people who do not treat sick people, people who analyze studies but fail to see how those studies are flawed, how they refuse to admit that in fact they know very well that studies arranged with the complicity of the pharmaceutical industry are deeply biased. And this should be expected. They have something to sell. They are not in it to be saviors of humanity.

Furthermore, for the last word, there is a real problem with this disease. It is that we look to the politicians or the industrialists to solve the problem. They are not gods. They are not going to save us. No one will save us from this epidemic. What is essential is that everyone should just do his job. Doctors should do their job. Scientists, rather than giving advice on things that they do not know about, should do their job. That is, to analyze viruses, to analyze sequences. Everyone, do your job. Politicians must do theirs. Scientists must do theirs. Doctors must do theirs.

Politicians do not have to tell us what to do everyday. Until now, doctors have always done what we had to do. So medicine must be done by doctors, science by scientists, and the scientific council would do better to come up with useful projects. I will tell you what the most useful scientific project would be now. There is a considerable number of drugs that have been found to be useful against this virus, which cost nothing and are harmless. What are we waiting for? Let’s test them. If you don’t like hydroxychloroquine, I don’t care, but test ivermectin, or cyclosporine. There are so many others. There is even some use of paraffin in the nose, or Vaseline, or Vicks. Vicks doesn’t pay me. I have no conflict of interest with them, but does it prevent contamination by the virus in the nose or not? There are things that we can study. Medical practice is made up of small interventions that together have an effect. It’s not a video game. We can’t just say, “Everyone, wear a mask now. Now everyone, stay home. OK, now everyone, get vaccinated.” That is not the way it works. There are many are complementary means that must be applied. There is science to be done, not dictates, not the opinions of incompetents. If they had the competence, they would not have a strong opinion. They would have numbers. I am indifferent to the opinions of various parties on this subject. You will ask why I don’t listen to them, but it does not bother me.

What interests me are the figures that we can see everyday. What are we doing? Are things getting better? What is working or not working? We must put an end to opinions of the type, which, I repeat, used to be limited to bars and cafes but are now on television. We must stop letting politicians think that they are gods. They are not gods. With a wave of a magic wand or a political decision they are not going to stop an epidemic that has more tricks up its sleeve than they can imagine.

Part 2

Efficacy of Vaccines and Confinement

Professor Philippe Parola, IHU Méditerranée, 2021/08/11 (partial transcript)

So is this variant less severe? Yes, that’s the impression. I prefer not to discuss impressions, but the care we have given to patients recently resulted, for now, in a lower number of deaths compared to what we had experienced, even if it was relatively low here. So why? All hypotheses can be discussed.

  1. Is it because of or rather thanks to the vaccine?
  2. Is it simply a strain that is less virulent?
  3. Is there already immunity in the population, thanks to the vaccine but also thanks to past infections?
  4. Or do we have better access to care? You will recall that one of the tragedies of the first epidemic was to tell people to stay at home until they had difficulty breathing. Fortunately, this is no longer the case, and we had shown that access to early care was, in our cohorts and in real life, in what we observed, the factor that led to better outcomes. So we’ll see in the next few days if all this is confirmed…

I understood that… healthcare facilities es can be overwhelmed. This is also a question which may have a political answer in the future. Regarding confinement, do I have scientific arguments that allow me to say that confinement protects the population from high mortality? The answer is no. There is no study that shows that effect. There is no evidence in the literature to that effect. You have opinions. You have political decisions… Professor Ioannidis gave a lecture here at IHU Méditerranée Infection which showed that in the United States confinement had not achieved the goal, if the goal was to say that one confines the population in order to have fewer deaths and fewer hospitalizations. The target is not met. So, no, there are no arguments to support confinement. Sometimes there are even adverse effects, and this is understandable. That is to say, if you are going to confine people, you should not believe that the confinement is total. Health workers, police officers, young people, and food workers all continue to circulate…

What is happening in large populations that are highly vaccinated such as Israel? We must pay attention to what is happening there. I of course encourage my colleagues and the authorities and to follow what is happening there, where the vaccination rate is very high, to follow the patients who are currently hospitalized in Israel, those who are in resuscitation, and it will allow us to have data. But again, for now we can share what we have observed here. Once again, the situation in Israel needs to be observed in order to close a debate, even though it will never be closed. It is not a question of being for or against vaccination. This is a question that does not make sense. Vaccination is a question of for whom, when, and for what benefit-risk. We have always said, my colleagues and I, that of course at-risk populations that are well defined—elderly subjects, obese persons, frail patients, all categories that are well known as being at risk of having severe forms—have a benefit-risk in favor of the benefit of vaccination. This is very clear and of course we recommend it without any hesitation… I have scientific support to say yes, indeed, for them there is a benefit in being vaccinated.

Do I have any arguments for saying that we must vaccinate everyone because it is in the interest of public health? I would say so if the fact of being vaccinated prevented contagion. That is, can someone who is without symptoms, especially the population of asymptomatic vaccinated persons, carry the virus and be contagious? To answer this question we worked with Professor Bernard La Scola. He found that vaccinated patients can be carriers and can be contagious. The consequences of all this are, moreover, in line with what has been said by the American authorities… But I think you have to explain to people… the facts… the vaccine—we all agree that it is an important weapon in the fight against this epidemic… but it is not the absolute solution, and unfortunately, I regret to say the “vaccinate everyone” policy, as an absolute weapon, has failed. The element that seems essential to us and that was a result of our observations is access to early treatment. So the fact of being vaccinated… should not prevent you from going for testing and having access to early treatment because we know from our data that late treatment is a factor in severe outcomes.

Note: Thaumaturge: Medieval Latin thaumatūrgus “worker of miracles”, borrowed from Late Greek thaumatourgós, going back to Greek, “performer of wonders (as an acrobat)”, from thaumat-, thaûma “wonder, object of wonder or admiration, marvel.”

FRANÇAIS

Partie 1

Il n’y a pas de thaumaturge !

Professeur Didier Raoult, IHU Méditerranée, Marseille, 2021/08/03

Professeur Didier Raoult où en est-on avec le variant indien ? Connait-on mieux sa gravité ? Connait-on mieux son évolution ?

Là on commence à avoir des données. Vous savez que moi, j’aime m’exprimer surtout sur des donnée réelles pratiques que l’on a collectées ici, et que nous sommes les seuls à avoir collectées dans le détail en sachant très précisément ce qu’on fait. C’est-à-dire que les positifs sont de vrais positifs et les négatifs sont de vrais négatifs, parce que quand même il y a beaucoup de flou par ailleurs. Donc la chose que l’on voit c’est qu’effectivement sur ce graphique on voit que maintenant c’est énorme. L’objectif que nous avons ici c’est d’arriver, rétrospectivement, à identifier les variants de la très, très grande majorité des gens qu’on a. Actuellement on a [identifié] au moins 20% de variants, de tous les mois. Donc on arrive très, très bien à connaître les mouvements des variants, et puis là, on espère arriver à 90 % pour comprendre très, très précisément. Mais vous voyez on a déjà plus de 20 000 et on voit que l’indien est à la troisième place, après le UK, après le Marseille-4 que les autres ne reconnaissent toujours pas comme étant un variant parce que la science est tempérée de beaucoup de politique. Personne ne s’en était rendu compte à l’époque. Personne ne veut rendre compte que c’était le variant qui a donné la plus grosse mortalité.

Alors, on a maintenant en revanche des chiffres très précis sur tout qui permet d’avoir des notions générales sur la gravité, la proportion des vaccinés, et on a un élément de comparaison entre le variant dit delta, qui est le variant indien, et puis le variant dit alpha, qui est le variant d’Angleterre. Et donc on a regardé ça depuis Noël puisque bien sûr il n’y avait pas avant Noël de variant anglais, ou très peu. Puis depuis le début de mai pour le variant indien, ce que l’on voit, donc là, on compare près de 9 000 cas de variant anglais avec 1 100 cas de variant indien. D’abord, la proportion de vaccinés chez les gens infectés par l’indien est plus importante que chez les gens qui ont eu une infection avec le variant anglais puisqu’elle est de 13% actuellement chez les gens qui ont eu le variant indien. Elle est de 3,6 % chez les gens qui ont eu le variant anglais.

Alors ce qui est très intéressant, c’est de regarder la gravité relative. Donc parce que c’était difficile de se prononcer parce que bien sûr il y a une variation qui est liée à l’âge. Donc on a actuellement une poussée qui est un peu plus importante chez les gens qui ont eu le variant indien chez les gens jeunes. D’ailleurs, quand on les interroge, beaucoup, beaucoup, beaucoup, beaucoup de boites de nuit [sont impliquées]. Alors il faut faire attention aux boites de nuit parce que on y fait des tests salivaires, mais ces tests salivaires… ne vous imaginez pas que parce qu’un test salivaire est négatif vous n’êtes pas du tout infecté. Ils ont une mauvaise sensibilité, probablement de l’ordre de 70%, donc ça ne suffit pas à vous garantir que vous n’allez pas rencontrer des gens qui ne sont pas positifs.

Et donc nous voyons beaucoup de gens arriver nous disant « Je ne savais pas. Je le trouvais impensable. » Il y a des boîtes de nuit à Barcelone, alors c’est très important d’aller voir Barcelone. Ici [à Marseille les gens visitent] des boites de nuit. Puis ici aussi il y a pas mal de boîtes de nuit. Donc les gens s’amusent comme ils se sont toujours amusés, mais la tranche d’âge des 20-29 ans est celle qui est la plus importante. Elle est plus importante que ce qu’on avait avec le variant anglais parce que ça fait 31% des gens. Et bien entendu ces gens ont relativement peu, pas zéro, mais ils ont relativement peu de formes graves, d’hospitalisation et de réanimation. Mais nous avons aussi des gens qui sont plus âgés et qui ont plus de 60 ans et là, clairement, on peut dire que le variant anglais était beaucoup plus sévère, beaucoup plus sévère que le variant indien.

Il y a une grosse différence donc avec le variant indien, mais il y a quelques formes relativement graves. Donc il y a 2% de gens [tests positifs] qu’ont été hospitalisés avec le variant indien contre 8,8, presque 9 % avec le variant anglais, ce qui fait vraiment une différence.

Dans la réanimation on a 1 %, contre 3%, et en décès on a 0 % contre 1,7 %. Donc dans tous les cas, le variant anglais était plus sévère et dans toutes les tranches d’âge, que le variant indien qui circule actuellement. Alors, est-ce que la vaccination est protectrice ? Pour l’instant nous avons un patient dans cette série. Les gens qui sont venu ici, je ne parle pas des prélèvements que l’on reçoit de l’extérieur des EHPAD etc. dans lequel il y a eu quelques décès qui ont été rapportés, mais dans les gens qui sont venus dans l’assistance publique qui ont été détectés ici, il y a en tout un patient vacciné qui a été hospitalisé. Donc, la différence de niveau d’hospitalisation on a un peu moins à l’œil nu, que de ceux qui sont non vaccinés mais avec ce nombre-là, ceci n’est pas significatif.

Pour l’instant, il y a peut-être une différence. Pour que la différence soit visible il faudra qu’il y ait plus de cas parce que ce variant est relativement anodin et que donc pour arriver à montrer qu’il y a une différence entre les gens qui sont vaccinés et [les non-vaccinés] qui ont attrapé ce variant, il faudra un peu plus de temps. Il faudra avoir 2 000 ou 4 000 personnes infectées pour qu’on puisse voir s’il y a une différence ou s’il n’y a pas de différence. Et s’il y a une différence, elle sera mineure dans tous les cas parce que la maladie n’est pas très grave.

Voilà donc, voilà l’état de la situation, les données chiffrées encore. Une fois moi je ne fais pas de plans sur la comète. Je parle de données chiffrées.

Si les formes causées par ce variant sont moins graves, est-il nécessaire de prendre en charge les patients qui sont atteints par ce nouveau variant ?

Actuellement, je ne sais pas. On a regardé ça parce qu’on a un flux là considérable de près de 1 000 personnes par jour qui deviennent de près de 200 personnes positives. Donc ça pose des problèmes de gestion en termes de consultations en hôpital de jour. Donc on s’est posé la question de savoir si on devait ou on ne devait pas continuer à prendre en charge les plus jeunes qui souvent guérissent tout seuls, rapidement, une fois qu’on a simplement vérifié qu’ils n’avaient pas de trouble de la respiration, alors d’une part on a regardé deux choses.

D’une part effectivement, je vous ai dit qu’il y en a quand même d’autres qui ont, qui sont dans cette tranche 20-29 qui sont en réanimation. On ne peut pas dire qu’il ne se passe rien. Il se passe quelque chose de temps en temps et d’autre part on a une vraie question, une vraie interrogation qui sont les situations, de séquelles après le Covid, ce que les gens appellent les Covids longs ou les post-Covid, avec deux éléments majeurs : d’une part, des gens qui ont des inflammations de l’aorte, du gros vaisseau en particulier thoracique, et puis des gens qui ont un ralentissement de certaines zones cérébrales, qui fonctionnent mal et sont associées à des troubles de la mémoire, de la concentration, pour ce que l’on a vu, d’une part ça touche beaucoup les jeunes, et donc on peut pas dire que les jeunes qui auront fait des formes banales y compris essentiellement ORL avec des problèmes de perte de l’odorat, n’auront pas de conséquences de ça. Ce n’est pas vrai. On en voit d’une part et d’autre part ce que l’on voit, ce qui est en cours d’analyse, actuellement. On a analysé un peu plus de 100 personnes avec la technique du PET scanner. C’est que la prise en charge médicale complète avec ou sans hydroxychloroquine, certains l’ont, d’autres ne l’ont pas, mais complète contre les post-Covid. Ce sont des données très préliminaires, mais ce sont des données qui sortent chez nous d’une manière qui est lisible et qui sortaient de manière assez simple. Chez les gens qui font les PET scan qui les premiers ont attiré notre attention puisque nous, la plupart des malades que nous avons envoyés, ce sont les malades que nous avions pris en charge dès le départ. Mais ceux qui étaient des malades pris en charge dans d’autres services qui n’avaient pas ce protocole, ils ont tout de suite remarqué qu’il y avait une différence marquée entre ceux qui n’avaient pas été pris en charge, pas du tout traités au moment de l’épisode de Covid, et ceux qui avaient été traités. Donc ces données m’empêchent moralement d’arrêter de prendre en charge les gens compte-tenu de ce que nous voyons actuellement qui représente. On n’arrive pas à en fixer quelle est la proportion, puisqu’on n’en a fait qu’une centaine, même si on a fait probablement plus que n’importe qui au monde. On n’arrive pas à faire des statistiques avec ça, et bien entendu, vous comprenez dans la situation de l’été actuelle, les choses deviennent un peu plus compliqués. Elles s’éclairciront plus tard, mais on dit pour l’instant, nous, on continue à penser qu’il faut prendre en charge les gens, les traiter d’une part parce que certains vont s’aggraver, en faisant une embolie pulmonaire, ou en faisant des insuffisances respiratoires, même si encore une fois cette maladie liée à ce variant est beaucoup moins grave, telle que, maintenant est-ce que les gens qui ont eu ce variant vont faire la même proportion de séquelles post-covid ou Covid long que les autres, je n’en sais rien. Personne ne le sait. Donc dans l’attente on essaye de faire pour le mieux, parce que nous ne savons pas.

Qu’en est-il des controverses qui ont pu animer ces derniers mois ?

Écoutez, moi. J’ai décidé, je sais que, en particulier les gens qui n’ont pas eu, dans mon métier, le cursus que j’ai eu, pensent que je suis arrogant, ou que j’exagère. J’ai décidé de mettre mon curriculum vitae en ligne. Il n’y a pas de médecin dans ce pays qui a un curriculum vitae qui soit comparable au mien. Il n’y en a pas. Il n’y a pas ce niveau-là. Ça n’existe pas, je suis désolé. Il n’y a qu’à le regarder. Personne n’a été aussi jeune président d’université, n’a publié autant, n’est cité autant dans la littérature comme médecin, dans ce pays. Donc il ne faut pas mélanger les choses.

Tout le monde a le droit d’avoir son opinion, mais la crédibilité que j’ai acquis en 40 ans de travail est une crédibilité qui est raisonnable.

Je vous assure, regardez ce que j’ai fait, le nombre de diplômes que j’ai passé, le nombre de choses que j’ai fait, le nombre de responsabilités que j’ai eues, ici, mais aussi à Paris, mais aussi à Lyon, et aussi ailleurs dans le monde, avant que raconter des bêtises en disant je suis un nul. Ça n’est pas raisonnable.

L’autre élément de réflexion que je vous conseille est de vraiment, vraiment lire parce que je crois que c’est essentiellement important. C’est extraordinairement important. Moi je pense que les conflits d’intérêts et les rapports avec l’industrie ont atteint un niveau de toxicité qu’il faudra bien résoudre.

J’espère bien que ce sera un des éléments de la prochaine campagne présidentielle de décider de contrôler cet aspect-là. Vous ne pouvez pas laisser des gens qui manient des milliards une liberté totale dans leurs relations avec des gens qui décident de la santé. La corruption a toujours existé. C’est aussi vieux que le monde. Mais quand la corruption concerne directement des décisions médicales, alors, ça devient un problème dont la nation doit s’emparer. Il faut arrêter ce niveau de corruption, que tout le monde connait. Tout le monde ferme les yeux en disant « mais non mais non mais non » Toute personne ne veut faire le lien entre le degré de tricherie qui a atteint les pays occidentaux et le rapport de données et la comparaison des données.

Ça me fait rire que les gens me disent exactement ce qui tue et ce qui ne tue pas, ce qui soigne et ce qui ne soigne pas—par des gens qui ne voient pas de malades, par des gens qui analysent des papiers dont ils refusent de voir là où ils sont trichés, où ils refusent de dire qu’en réalité on sait très bien que les papiers qui ont été organisés avec la complicité de l’industrie pharmaceutique sont profondément biaisés. Et c’est naturel. Ce sont des vendeurs, d’accord, ce ne sont pas des sauveurs de l’humanité.

Et d’ailleurs pour le mot de la fin, dans cette maladie il y a un vrai problème. C’est que ce ne sont pas les politiques ni les industriels. Ils ne sont pas dieux. Ils ne vont pas nous sauver par ce qu’ils vont faire. Personne ne va nous sauver de cette épidémie. Ce qu’il faut faire avec plus ou moins de dégâts, c’est que chacun fasse son métier, que les médecins fassent leur métier, que les scientifiques, plutôt que de donner des conseils sur des choses qu’on ne connait pas, fassent leur métier. C’est-à-dire analyser les virus, analyser les séquences, que chacun fasse son métier et que le politique fasse le sien, que les scientifiques fassent le leur, que les médecins fassent le leur.

Les politiques n’ont pas à nous dire ce qu’on fait au niveau médical tous les jours. Mais qu’est-ce que c’est que cette histoire. Jusqu’à présent en médecin on continue à faire ce qu’on devait faire. Donc, la médecine doit être faite par les médecins, la science par les scientifiques, et le conseil scientifique ferait mieux de faire des projets utiles. Je vais vous dire le projet scientifique le plus utile, actuellement. Le nombre de molécules qui s’accumulent qui ont une activité contre ce virus, qui ne coutent rien et qui sont anodines, est considérable. Qu’est-ce que l’on attend pour les tester. Si vous n’aimez pas l’hydroxychloroquine, je m’en fiche, mais testez donc l’ivermectine, maintenant la ciclosporine.

Il y a un réservoir de molécules. Est-ce que, je ne sais pas, la paraffine dans le nez, ou la vaseline dans le nez qu’on a dans certains produits, ou je ne sais pas quoi, le Vicks. Le Vicks ne me paie pas. Je n’ai pas de conflits d’intérêts avec eux. Est-ce que ça évite la contamination par le virus dans le nez ou non ? Qui sait ça ? Mais il y a des choses [qu’on peut faire]. La pratique médicale est faite d’une quantité de petites choses qui permettent d’éviter les choses. Ce n’est pas simplement de jouer aux jeux vidéo. Maintenant regardez : pfff, tout le monde a un masque. Pfff, tout le monde reste à la maison. Pfff, tout le monde est vacciné. Ce n’est pas comme ça, d’accord ! Donc tout ça est des moyens complémentaires. Il y a de la science à faire derrière ça, pas des oukases, pas des opinions tranchées par des gens qui n’ont pas la compétence pour les avoir. Je vais vous dire qui s’ils avaient la compétence, ils n’auraient pas d’opinion tranchée. Ils auraient des chiffres. Les opinions des uns et des autres sur ce sujet m’indiffèrent. Vous me direz que je ne les écoute pas, mais ça m’indiffère.

Ce qui m’intéresse ce sont les données chiffrées que l’on peut nous constater tous les jours. Qu’est-ce qu’on fait ? Comment on arrange les choses ? Est-ce que ça va bien ? Est-ce que ça ne va pas ? Il faut arrêter ces opinions, qui sont, encore une fois, comme celles des bistrots qui ont été remplacés par celles des télévisions. Il faut arrêter de laisser penser aux hommes politiques qu’ils sont dieux. Ils ne sont pas dieux. Ils ne vont pas arrêter, avec un coup de baguette magique ou une décision politique, une épidémie qui a plus de ruse qu’ils ne peuvent imaginer.

Partie 2

Les vaccins et le confinement : sont-ils efficaces ?

Professeur Philippe Parola, IHU Méditerranée, 2021/08/11 (transcription partielle)

Donc est-ce que ce variant est moins sévère ? C’est un ressenti. Je parle moins du ressenti, mais le soin que nous prodiguons aux patients aboutis pour l’instant à un nombre inférieur de décès par rapport à ce que nous avions connu, même s’il était relativement faible ici. Alors, pourquoi ? Toutes les hypothèses peuvent être discutés.

J’ai bien compris que comme dans le pays et d’ailleurs à une époque comme en métropole les structures sanitaires peuvent être dépassés. C’est une question là aussi qui aura peut-être dans l’avenir une réponse politique. Concernant le confinement, est ce que j’ai des arguments scientifiques qui permettent de dire que le confinement permet de protéger la population de la mortalité ? La réponse c’est non. Il n’y a aucune publication qui va dans ce sens. Il n’y a aucune donnée de la littérature qui va dans ce sens. Vous avez des opinions. Vous avez des décisions politiques… Professeur Ioannidis a fait une conférence ici à IHU Méditerranée Infection qui a montré qu’aux Etats Unis confiner n’avait pas atteint l’objectif si la cible est de dire qu’on confine pour avoir moins de morts et moins d’hospitalisations. La cible n’est pas atteinte. Donc, non il n’y a pas d’arguments. Il y a même parfois des effets inverses et ça peut se comprendre. C’est à dire si vous allez confiner des personnes, il ne faut pas croire que le confinement est total. Les personnels de santé, des policiers, les jeunes, les alimentaires travaillent, et donc la circulation continue…

Qu’est ce qui se passe dans les grandes populations qui sont très vaccinée comme Israël ? Il faut être attentif à ce qui se passe là bas. J’invite bien entendu mes collègues à suivre et les autorités et bien sûr à suivre ce qui se passe là-bas, où la population est très vaccinée, à suivre les patients qui sont hospitalisés actuellement en Israël, ceux qui sont en réanimation, et ça nous permettra d’avoir des données. Mais encore une fois, pour l’instant nous pouvons donner ce que nous observons ici. Mais encore une fois la situation en Israël mérite d’être observé enfin pour clore un débat mais qui ne sera jamais clos. Il ne s’agit pas d’être pour ou contre la vaccination. C’est une question qui n’a pas de sens. La vaccination c’est pour qui, quand, et pour quel bénéfice-risque. Nous avons toujours dit, moi et mes collègues, que bien entendu les populations à risque qui sont bien définis, les sujets âgés, les obésités, les patients fragiles à toutes les catégories qui sont bien connues comme étant à risque de faire des formes sévères ont un bénéfice-risque en faveur du bénéfice de la vaccination. C’est très clair et bien sûr nous le recommandons sans aucune hésitation… j’ai un support scientifique pour dire oui, effectivement, elles ont un bénéfice à être vaccinés.

Est-ce que j’ai des arguments pour dire qu’il faut vacciner tout le monde parce que ça a un intérêt en santé publique ? Alors ça aurait un intérêt si le fait d’être vacciné empêche d’être peu acteur est contagieux. C’est à dire est ce que quelqu’un qui n’est pas malade, notamment la population des asymptomatiques vaccinée peut porter le virus et peut être contagieux ? A cette question nous avons regardé avec le Professeur Bernard la Scola. Là aussi sur une grande série il vous en présentera le détail juste après moi, et vous verrez que des patients vaccinés peuvent être porteurs et peuvent être contagieux. Les conséquences de tout ça correspondent d’ailleurs à ce qui a été dit par les autorités américaines… Mais je pense qu’il faut expliquer aux gens… les faits… le vaccin nous sommes tous d’accord pour dire que c’est une arme importante dans la lutte contre cette épidémie… mais ce n’est pas l’arme absolue, et malheureusement, et ça je le regrette le « tout-vacciner » comme arme absolue est en train d’éluder encore. L’élément essentiel qui nous est apparu essentiel et qui était un résultat de nos observations c’est l’accès aux soins précoces. Donc le fait d’être vacciné… ne doit pas empêcher d’aller se faire tester et d’avoir un accès aux soins rapides parce que l’accès aux soins tardif—ça nous le savons avec nos données est réellement un facteur de gravité.